Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog Fontaine de Gaïa
  • : Fontaine de Gaïa est une association loi 1901 de défense de l'environnement par des actions locales et quotidiennes.
  • Contact

Un but, des actions concrètes

Fontaine de Gaïa est une association loi 1901 qui a pour objectif de respecter et de défendre l’environnement, en développant des actions locales et quotidiennes.

 
Fontaine de Gaïa
entend notamment promouvoir la sensibilisation des enfants et des adultes à la préservation de l’environnement, et susciter une réflexion en commun de ses membres.

 

 

Archives

21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 16:02

A VOIR À LA TÉLÉVISION AUTOUR DE L'ÉCOLOGIE



Programme TV Ecologie du 12 au 19 mai 2013 en soirée

 


Centrales nucléaires, démantèlement impossible ?

Mardi 21 mai à 20h50 sur Arte

Samedi 25 mai à 12h30 sur Arte





·        Genre : Documentaire - Culture Infos

·        Pays : France

·        Date de sortie : 2013 | Durée : 1h07

Synopsis : Alors que l'énergie nucléaire est aujourd'hui remise en question un peu partout dans le monde, les pays qui ont misé sur l'atome ont un nouveau défi à relever, celui du démantèlement des centrales vieillissantes ou arrêtées. Les techniques mises en œuvre sont complexes et particulièrement dangereuses, d'autant que le démantèlement de chaque site peut durer jusqu'à 60 ans. En période de restrictions budgétaires généralisées, elles sont aussi très onéreuses. Pour mener l'enquête, le réalisateur est allé à la rencontre de physiciens, de militants antinucléaires et de salariés de centrales.



Un monde à sauver

Mercredi 22 mai à 20h59 - 00h37 sur France Ô

 

Au sommaire : Kapitan Diwalwal, l'or maudit des Philippines. Zoom sur la cité aurifère, un bidonville à flanc de montagne. - Jardiniers du ciel : face au défi alimentaire. A New York, les terrasses et les toits d'immeubles sont réinvestis en espaces maraîchers. - Costa Rica, le filon vert. Victime de son succès, le pays peine à préserver son environnement.

Capital Terre - Quelle eau buvons-nous vraiment ?

Jeudi 23 mai à 00h15 sur M6


·        Genre : Informations - Culture Infos

·        Durée : 2h05

·         Tous publics

Synopsis : Les trois quarts de la surface de la Terre sont recouverts d’eau mais l’eau potable est toujours aussi mal répartie entre les sept milliards d'habitants de la planète. Son volume diminue et elle est chaque jour un peu plus victime de la pollution. Quels dangers guettent cette eau saine, source de vie ? Quelles sont les solutions pour la préserver ? Enfin, savons-nous vraiment quelle eau nous buvons aujourd’hui au robinet et donc

demain ? Pour son cinquième numéro, Capital Terre a mené l'enquête pour évaluer la qualité de l'eau et proposer des solutions durables à sa conservation, tout en tirant la sonnette d'alarme.


Le thon rouge - Un poisson lutte pour sa survie

Jeudi 23 mai à 22h20 sur Arte

 

·        Genre : Documentaire - Culture Infos

·        Pays : Allemagne

·        Date de sortie : 2012 | Durée : 52 mn

Synopsis : La chair rouge et grasse du thon rouge est tellement convoitée que l'espèce est menacée d’extinction. La seule solution pour la sauver tout en continuant à satisfaire la demande des consommateurs est de l'élever et l'amener à se reproduire en captivité. Mais ce poisson se déplace au rythme des saisons et parcourt des milliers de kilomètres pour se reproduire à l'endroit où il est né. Les scientifiques l'étudient de près pour mieux comprendre son comportement. Et dans le port australien d'Arno Bay, une équipe tente de simuler le voyage du thon rouge en milieu clos.


Voir chaine TNT « demain TV » pour le Mag de l'environnement »

Source : http://www.programme-tv.net , merci à Muriel pour ces informations

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 19:28

ALLER VOIR "LES MOISSONS DU FUTUR" À JOUY-EN-JOSAS

 

L'association Jouy Ecologie vous invite :
 

Jeudi 16 mai, de 20h à 22h
 Salle du vieux Marché, 1er étage, Place de la Marne - Jouy en Josas

 

Projection du film "Les moissons du futur"

 

 

Moissons-du-futur.jpeg


 
Dans son nouveau film, Marie-Monique Robin s’appuie sur les témoignages d’experts et de nombreux agriculteurs à travers le monde pour nous faire découvrir une autre agriculture : celle qui n’épuise pas la terre, ni les ressources en eau et la biodiversité, mais qui s’appuie sur la connaissance ancestrale des sols, sur des pratiques innovantes ou inspirées des savoirs anciens, et redonne aux paysans un rôle clé.
 
Des pistes pour l’agriculture de l’avenir ?
 
Après la projection du film, débat avec Cyril Girardin, ingénieur à l’Inra, Président de l’AMAP "Les Jardins de Cérès".
 
 
Participation 2 euros (pour payer la location du film)
 

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 15:00

ALLER À LA FOIRE AUX PLANTES DE PORCHEFONTAINE 2013

 

Retrouvrez toutes les informations sur l'excellent site de la foire aux plantes !


 

affiche2013.jpg

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 16:01

ALLER AU 30e FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D'ENVIRONNEMENT DU 19 AU 26 FÉVRIER 2013 À PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE

 

 

logo

 

 

En direct du site web du Festival, sur lequel vous trouverez toutes les informations pratiques, voici ce qu'il faut retenir :

 

Du 19 au 26 février (et du 16 janvier au 12 mars sur la plate-forme web), 145 films et webdocumentaires donneront des nouvelles du monde. Huit prix seront décernés à l'issue de la compétition officielle.


Pour les citoyens attentifs au sort de la planète, le cinéma est parfois un vecteur de prise de conscience écologique. C'est ce rôle principal qui lui est confié au Festival international du film d'environnement, afin qu'il informe, éduque et sensibilise le public au monde tel qu'il est et risque d'être. Face aux défis et aux incertitudes, les hommes réagissent et agissent. De plus en plus de films présentent des initiatives, des tentatives, des solidarités qui veulent faire évoluer les choses, construire un avenir durable et respectueux des hommes et de la nature. Ils rapportent des images du monde entier, de l'Arctique au coeur de l'Afrique, des enjeux d'aujourd'hui aux solutions de demain. Ce sont ces regards que présente la sélection du Fife 2013. 

Deux débats relaieront les réflexions menées sur deux grands sujets environnementaux : l'aménagement du territoire urbain et l'impact des enjeux agricoles sur notre alimentation.

Cette année, le Cinéma des cinéastes, dans le 17e arrondissement, à Paris, accueillera la majorité des projections. D'autres cinémas franciliens participent au festival. Le Fife 2013 présente aussi une sélection de webdocumentaires, diffusés sur notre plate-forme publique et gratuite "Fife Replay".

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 22:41

REGARDER SUR LE WEB EN REPLAY LE DOCUMENTAIRE "LÉGUMES D'ANTAN, RETOUR GAGNANT"

 

 

Diffusé dimanche 2 décembre 2012 sur France 5, ce documentaire fait le point sur les légumes oubliés qui reviennent dans nos assiettes : retour à l'authentique ou légumes dénaturés et améliorés en laboratoire ?


Comment distinguer le terroir du plan marketing ?

 

EMI_386326_csa1_214.jpg

 

 

Enquête passionnante, ce documentaire de Georges Rouzeau et Frédéric Jacovlev est très éclairant sur les tendances actuelles : il montre notamment que les tomates cœur de boeuf sont une belle arnaque.

 

A regarder durant le week-end le site de France 5

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 22:30

LIRE CET ARTICLE PUBLIÉ SUR LE BLOG "MÊME PAS MAL" DU MONDE ET S'EN INSPIRER

 

Vous pouvez le retrouver en ligne ici

 

et consulter leur blog

 

Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans

 
La famille Johnson - Thomas J. Story

La famille Johnson - @ Thomas J. Story


Béa Johnson et sa famille sont connus Outre Atlantique pour un défi qu’ils relèvent depuis trois ans : vivre sans générer de déchets.

Pourquoi ce choix ? Comment s’organise leur quotidien ? Alors que la semaine de réduction des déchets se termine aujourd'hui, j’ai voulu en savoir plus.

 

Une consommation vide de sens

Béa Johnson Zero Waste Home


Béa Johnson est française. Originaire d’Avignon, elle est arrivée aux Etats-Unis en tant que fille au pair. Elle y a rencontré son mari et n’est jamais repartie, adoptant alors le mode de vie américain : grosse maison, 4x4, chien, etc. Pendant sept ans, la jeune femme s’est bercée d’illusions dans le soi-disant bonheur offert par l’hyperconsommation : "au bout d’un moment j’ai ressenti un grand vide, un profond malaise et une immense insatisfaction, comme si une partie de moi mourrait" m’a-t-elle confié il y a plus d’un an.


Zero Waste Home

 

C’est alors qu’elle persuade son mari de déménager, d’aller vivre à l’extérieur de cette immense agglomération qu'est San Francisco : ils choisissent Mill Valley, dans la banlieue nord, à côté de Sausalito. Tout est plus proche mais aussi plus cher, dans cette bourgade aisée, si bien que les Johnson mettent deux ans avant de trouver une demeure à leur goût. Deux ans pendant lesquels ils vivent en appartement, en laissant la majorité de leur mobilier dans un garde-meubles. Ils constatent alors à quel point le strict nécessaire leur suffit au quotidien. "L’expérience nous a plu, le reste s’est révélé superflu : on a tout vendu pour s’installer dans une maison deux fois plus petite qu’avant, on a donné tout ce dont nous n’avions plus l’usage, et nous avons entamé une nouvelle vie, avec peu de choses", se souvient-elle.


Avec le temps, Béa Johnson s’enrichit de ce dont elle s’allège. Son mari, Scott, ne ressent pas le changement de la même manière : pour lui, c’est surtout le temps retrouvé qui compte. "Le moins on a, le plus on passe du temps ensemble, à faire ce que l’on a envie de faire", analyse la jeune femme que vous pouvez voir témoigner avec ses proches dans la vidéo suivante:

Un quotidien sans déchet

Forts de cette prise de conscience, les Johnson commencent à s’informer et à se documenter sur l’écologie, le désencombrement, la sobriété heureuse. Béa ouvre un blog pour partager leur expérience et échanger avec d’autres sur leur changement de mode de vie. Aujourd'hui, ils ne génèrent que quelques poignées de détritus par an.

Cuisine Zero Waste Home

 

Au quotidien, ils revoient leurs habitudes, scrutant chaque détail, évaluant chaque besoin, raisonnant chaque envie. Pour faire les courses, Béa s’approvisionne dans des magasins où il est possible d’acheter les produits en vrac (grains, céréales, farines, quelques goûters). Elle a confectionné des sacs en tissu sur lesquels elle a inscrit le poids du sac : lors du passage en caisse, il suffit alors de peser et de déduire le poids du contenant. Elle utilise aussi des bocaux en verre de un litre dans lesquels elle met du fromage, de la viande, du poisson, de la charcuterie, et réserve le dernier pour les envies du moment (olives, miel ou huile). Depuis, sa cuisine est remplie de bocaux en verre dans lesquels sont entreposées les denrées alimentaires.

Les cosmétiques font partie, avec les médicaments et le nécessaire de bricolage, des éléments les plus difficiles à gérer sans déchets : tout est sur-emballés, alors il faut ruser.


Salle de bain Zero Waste Home

 

Dans la salle de bain, le plus dur fut de supprimer la poubelle. Béa a remplacé les cotons par des lingettes lavables. Elle produit elle-même les cosmétiques et produits d’hygiène, et n’utilise plus qu'un produit de beauté issu du commerce : une crème de protection solaire. Pour les joues, un peu de chocolat en poudre suffit; pour les lèvres, elle fabrique son propre baume à base de cire d’abeille et d’huile de sésame, "qui ne sent pas et concentre beaucoup de vitamine E". Naturellement, shampoing, démêlant et savon sont achetés en vrac.

Garde Robe Zero Waste Home

 

Pour les vêtements, Béa s’est inspiré de son passage dans une école de mode pour choisir des habits utilisables d’une saison sur l’autre, d’une occasion à l’autre. Aussi possède-t-elle exactement deux robes, deux jupes, trois pantalons, un short, trois pulls, sept hauts, six paires de chaussures (dont une paire de chaussons), sept culottes, quelques paires de chaussettes et collants, et un soutien-gorge. "Ma robe peut être mise sur un jean, ou sans rien, avec un t-shirt ou non", explique-t-elle.


master Zero Waste Home

 

Les séances de shopping se déroulent deux fois par an : "à la mi-avril par exemple, la saison change et j’en profite pour renouveler ce qui doit être remplacé. Je vais généralement dans un magasin de fripes où je trouve tout ce qu’il faut pour les enfants, trois quart de ce qu’il me faut et la moitié de ce qu’il faut pour Scott." Pour les costumes, elle achète du neuf de bonne qualité. Idem pour son jean et ses chaussures, qu’elle maximise pour un usage en toute saison. Sans oublier les couleurs, choisies pour être facilement assorties.

Salon Zero Waste Home

 

La moitié de l'ameublement est issue de récup', le reste a été acheté neuf et de qualité, pour durer. "Nous avons une télévision pour regarder des films, les photos et écouter la radio. Il n'y a pas de console, mais un ordinateur. Les enfants, Max et Léo, trouvent ça mieux de vivre avec moins: c'est moins dur à nettoyer et ranger. Ils ont progressivement réduit les jouets, et cela est devenu naturel pour eux". Ils louent beaucoup de films et de livres à la bibliothèque.

Refuser avant tout

Zero Waste Home Marches

 

Aussi Béa insiste-t-elle en permanence sur le besoin de refuser et réduire un maximum de superflu à la source. Sa devise est d'ailleurs la suivante: "refuse, reduce, reuse, recycle, rot" (refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter). Le recyclage n’est pas LA solution pour elle, ni même le principe d’éco-conception d’un produit "qui finira encore trop souvent en déchetterie". Par son choix de vie, elle souhaite montrer à quel point il est facile de désencombrer et vivre pleinement.

Avec le temps, elle a prouvé à ses proches que ce mode de vie permettait de réaliser des économies : un tiers des dépenses pour la nourriture ont été réduites. "Les gens se disent qu’ils n’ont pas le temps et se disent que cela va coûter trop cher. Bien sûr, il faut être organisé pour y arriver. Mais après, cela prend moins de temps : on réfléchi en deux fois avant d’acheter, cela réduit les dépenses et le temps investis dans le superflu", résume-t-elle.

Le mieux pour en être convaincu est d'essayer, de tester pour approuver. "Le hic, c'est que les gens sont un peu flemmards et ont du mal à changer leurs habitudes", estime-t-elle. Durant l’été 2011, elle a mené l’expérience "zéro déchet" pour sa mère, qui habite dans le sud-est de la France. "Ce fut facile car il y a plus de marchés en France, mais la fraîcheur du vrac n’est pas toujours optimale et je n’ai guère vu de liquide type shampoing à disposition".

Aux Etats-Unis, son mode de vie a été largement relayé dans les médias. Béa Johnson intervient fréquemment pour expliquer les rudiments d'une "vie simplifiée" et travaille actuellement sur un livre à paraître en avril 2013Zero Waste Home: The Ultimate Guide to Simplifying Your Life by Reducing Your Waste.

De quoi vous inspirer ?

Anne-Sophie Novel / @SoAnn sur twitter

 

En savoir plus

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 18:36

SIGNER LA PÉTITION « NON AU GRAND PARIS »

 

Fontaine de Gaïa est partie prenante de Terres fertiles et soutient son action depuis 7 ans.

 

Les menaces sur les terres agricoles, en particulier du plateau de Saclay et possiblement celles de Terres Fertiles, s'accroît. Une coordination de tous les groupes de citoyens qui, comme le nôtre, soutiennent un autre type de développement est née cet été. Cette coordination s'appelle la COSTIF (Coordination pour la Solidarité des Territoires d'Ile de France).


Terres Fertiles a participé à sa création et à la rédaction d'une pétition qui demande un moratoire immédiat pour le Grand Paris. Elle est initiée par des personnes de tous les départements de l'Ile-de-France.

 

 

************************************************************************************************************************************

 

Avec le Grand Paris, derrière les projets apparents d'amélioration de certains transports franciliens, se mettent en place plus discrètement des délocalisations d'emploi sur des pôles de concentration éloignés de l'habitat, ainsi qu'une consommation de terres agricoles précieuses à conserver.


Ces délocalisations d'emploi feront perdre tout le bénéfice des améliorations des transports.


Tout cela, pour le profit de quelques uns et au détriment du plus grand nombre, aggravera encore le déséquilibre entre l'Ile-de-France et les autres régions au détriment de l'emploi local.


C'est pourquoi la Coordination pour la Solidarité des Territoires en Ile-de-France (COSTIF) se mobilise contre cet aspect caché du projet de Grand Paris, et demande un MORATOIRE IMMEDIAT sur le projet de Grand Paris dont la logique de fond est profondément inégalitaire et destructrice.


Notre protestation n'est pas que francilienne, car les autres régions françaises sont aussi concernées par les conséquences néfastes de ce projet qui renforce l'hyperconcentration des richesses en Ile-de-France.

 

 

http://www.avaaz.org/fr/petition/STOP_AU_GRAND_PARIS/?cOIsBdb

 

 

 
STOP AU GRAND PARIS


Stoppons le projet de Grand Paris de la démesure, de la finance, de la spéculation immobilière, d'opérations dévoreuses d'espaces agricoles, de la dégradation de l'environnement, de l'aggravation des inégalités…
 
Des habitants de l'Ile-de-France, des membres de collectifs et d'associations soutenus par la Coordination pour la Solidarité d'Ile-de-France et contre le Grand Paris (COSTIF) vous appellent à une signature de cette pétition pour un moratoire du projet Grand Paris :
 
Le Grand Paris avance masqué en faisant miroiter aux élus locaux des investissements publics, aux habitants des créations d'emplois et de nouveaux transports.
 
Au contraire, le projet du Grand Paris va concrètement :
 - concentrer l'emploi sur quelques pôles (450 000 m² de bureaux supplémentaires à la Défense, campus de Saclay, pôle d'affaires du Grand Roissy…)
 - faire disparaître des emplois de proximité en les déplaçant ou en les concurrençant,
 - accroître la relégation des populations modestes dans des zones de moins en moins favorisées,
 - détruire des terres agricoles très fertiles (plateau de Saclay, triangle de Gonesse, Plaine Monjtean, site du projet « Village nature », Plaine de la Goële et du Multien, plaine d'Achères…),
 - détériorer durablement les conditions de la recherche en imposant l'opération campus Paris-Saclay,
 - favoriser encore plus la spéculation foncière,
 - renforcer toujours l'hypertrophie de l'Ile-de-France préjudiciable aux autres régions, qui se voient vidées de leurs populations actives, les plus jeunes et les plus qualifiées. Cette hypertrophie dégrade chaque jour les conditions de transport de centaines de milliers de Franciliens, sur la route, comme dans le RER !
 - augmenter les nuisances environnementales comme le trop plein de déchets (stockage, incinération) et les pollutions néfastes pour la santé (air, eau...).
 
 Dire Stop à ce Grand Paris, ce n'est pas refuser l'amélioration indispensable des transports au niveau régional, c'est dire non à un Grand Projet Inutile, Imposé, démesuré et coûteux ne répondant pas aux besoins des habitants, destructeur du tissu économique et des terres agricoles fertiles du pourtour parisien.
 
 Dire Stop à ce Grand Paris, c'est refuser les prérogatives abusives de l'État au détriment des pouvoirs des communes, intercommunalités et de la région.
 
 Dire Stop à ce Grand Paris, c'est demander pour tout projet d'opération d'aménagement du territoire un véritable débat sur l'opportunité et un réel accès aux informations, en apportant des moyens aux associations et aux collectifs pour faciliter l'élaboration de leur contre expertise.
 
 Dire Stop à ce Grand Paris, c'est demander dès à présent l'arrêt des projets suivants : Europa City à Gonesse - extension de l'aéroport de Roissy - campus Paris-Saclay – Village Nature - développement de la Défense, ainsi que la suppression des projets de métro et gares dans les zones agricoles et la fin du gaspillage provoqué par les créations d'établissements publics (Société du Grand Paris, Etablissement public Paris-Saclay).
 
 Nous soussigné/es, demandons au Premier Ministre un moratoire immédiat sur le Grand Paris,
 afin que s'engage une réelle concertation pour :
 1) relocaliser des emplois dans les lieux de vie des habitants, réduisant la demande de transports. 

2) améliorer en priorité et en urgence les réseaux existants et créer des transports de proximité à partir d'une véritable analyse des besoins.
3) nourrir davantage les Franciliens avec les produits des terres agricoles préservées.
4) permettre une véritable égalité et solidarité entre tous les territoires d'Ile de France.
 

Contacts :
http://costif-gp.blogspot.fr

http://www.avaaz.org/fr/petition/STOP_AU_GRAND_PARIS/?cOIsBdb

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 18:42

APPRENDRE A FAIRE DES MEUBLES EN CARTON A LA MAISON DE QUARTIER DE PORCHEFONTAINE AVEC MARIE

 

Vous trouverez toutes les informations sur le site www.espacecarton.com

 

Les cours collectifs sont dispensés à partir du 1er OCTOBRE 2012 au sein de l’association « MON MEUBLE EN CARTON »


 Lieu : Maison de quartier de Porchefontaine (Versailles)
Jour : les  lundis et mardis de 19h à 23h (d’autres sessions seront proposées prochainement)
Durée de fabrication : 30 heures
Tarif : 300 Euros (le matériel utile à la fabrication est fourni sauf l’habillage)

 


« Traversant les époques, le mobilier en carton conjugue depuis toujours tradition, liberté et modernité. L’engouement croissant pour le développement durable ouvre aujourd’hui une nouvelle page de son histoire… à laquelle Espace Carton entend bien participer ! »

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:22

 

Bonjour à tous et toutes !

 

Nous vous informons que la prochaine foire aux plantes de Porchefontaine aura lieu le

 

Dimanche 13 MAI 2012 de 14h30 à 17h30


http://foireauxplantes.blogspot.com/

 

Renseignements pratiques :


Lieu : Square Lamôme ( angle rue Coste et rue Yves le Coz)

 

 

Des godets étiquettes et des tracts seront distribués au marché le samedi matin (voir le site pour plus de précisions)


Stands d'échanges gratuits de plantes, graines etc.


Ateliers pour adultes ( savoir faire du jardinage ) et enfants

 

 

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 12:41

REGARDER "MAUVAISES ONDES" SUR LE WEB

 

Vous avez raté le troublant documentaire "Mauvaises ondes" sur France 3 ? Alors visionnez-le en rediffusion sur Pluzz.fr jusqu'au 25 mai : http://www.pluzz.fr/mauvaises-ondes.html


Vous ne verrez peut-être plus votre portable de la même façon - après.

 

Présentation :

Déjà auteure de l’excellent « Du poison dans l’eau du robinet », Sophie Le Gall a reçu en mars dernier pour son enquête sur l’eau polluée le prix de l’Investigation au FIGRA (Festival international du grand reportage d’actualité et du documentaire de société ).

 

“Mauvaises Ondes”, ce nouvel opus de la collection documentaire Hors Série de France 3, est un 90 minutes qui montre comment l’industrie du téléphone mobile s’est imposée face aux scientifiques.

Les ondes électromagnétiques, inodores et invisibles, sont pourtant partout, des fours à micro-ondes au Wi-Fi, en passant par les téléphones portables. En quelques années, ces technologies sans fil ont envahi le quotidien sans pour autant que les autorités sanitaires aient réellement évalué les risques liés à leur propagation ? Devant l’inquiétude grandissante des consommateurs, l’Etat a édicté un certain nombre de normes, mais celles-ci sont-elles efficaces et suffisamment strictes pour une protection optimale ?

Les quelques scientifiques qui se penchent sur la question, lorsqu’ils fournissent des résultats qui remettent en cause l’inocuité des ondes, sont alors fréquemment discrédités,  leurs budgets ne sont pas renouvelés ou alors ils sont dans l’impossibilité de publier leurs recherches…

Repost 0
Published by Fontaine de Gaïa - dans À faire - à voir - à lire...
commenter cet article